Espace membre :
Clubic Pro

Quelle sera la capitale du Web en France ?

Publié par Guillaume Belfiore le lundi 25 juin 2012
Web logo
La France aura-t-elle sa Silicon Valley ? Plusieurs métropoles de l'Hexagone multiplient les initiatives afin de dynamiser leur région sur le secteur des technologies de l'Internet. L'objectif : favoriser la création d'entreprises et d'emplois en dehors de la région parisienne et de Sophia Antipolis.

A l'heure actuelle, les grandes sociétés du web français sont majoritairement basées à Paris. C'est donc principalement dans la capitale que sont concentrées les offres d'emploi. Plusieurs associations visant à rassembler les acteurs locaux et à dynamiser le secteur se sont formées, c'est notamment le cas de La Cuisine du Web à Lyon, Atlantic 2.0 à Nantes ou La Cantine by La Mêlée à Toulouse. Du WWW2012 au Web2Day, plusieurs évènements thématiques sont organisés pour voler la face à LeWeb ou ParisWeb.

La Cuisine du Web


Ciblée autour de l'entrepreneuriat, l'association La Cuisine du Web accompagne aussi bien les jeunes pousses que les gros sites d'e-commerce cherchant à développer leurs stratégies communautaires. Gregory Palayer, président de cette Cantine lyonnaise explique en effet : « ici nous avons tous les ingrédients comme à Nantes ou à Paris. Notre but est de les rassembler. Nous pensons vraiment qu'il y a beaucoup à gagner à plus se parler ». En favorisant les échanges entre les différents métiers du web, le secteur commence ainsi à se dynamiser en dehors de Paris. Et toutes les ambitions sont permises : pourquoi ne pas développer une Silicon Valley à la française ?

La Cuisine du Web repose sur deux moyens de financement : les adhésions des membres ainsi que les partenariats. « Nous avons déjà une cinquantaine d'adhérents, aussi bien des agences de webmarketing, des cabinets de développement web ou des sites e-commerce », explique M. Palayer. Le club est également ouvert aux particuliers qui bénéficient alors de tarifs préférentiels sur les évènements organisés au cours de l'année. En ce qui concerne le sponsoring, l'association a signé avec plusieurs marques mais également avec le secteur public qui perçoit de fortes opportunités et notamment dans le domaine de l'emploi et des ressources humaines.

Selon M. Palayer, les métiers du web ne seraient pas toujours perçus d'un très bon œil par les étudiants. « D'une manière générale, ils ne connaissent pas trop nos activités. C'est sans doute un peu mal vu. Pourtant il y a beaucoup d'offres mais très peu de candidats », affirme-t-il.

atlantic 2.0 logo
L'idée de rassembler les compétences des acteurs locaux du web est également mise en place dans la région nantaise avec Atlantic 2.0. Fondée en 2008 par trois entrepreneurs, cette association compte à l'heure actuelle 215 sociétés membres et repose également sur deux modes de financements privés et publics. Parmi les partenaires de ce groupe nous retrouvons Alcatel Lucent, Orange, SFR, La Banque Populaire ou encore In Extenso. Interrogée par nos soins, Magali Olivier, chef de projet au sein de l'équipe, ajoute que Nantes Métropole soutien l'association.

Atlantic 2.0 a repris le modèle de la Cantine parisienne et organise régulièrement plusieurs séminaires auxquels les particuliers peuvent se rendre. L'ancien maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, récemment placé en tant que Premier Ministre suite à l'élection de François Hollande, participerait de manière régulière à ces réunions au sein desquelles interviennent non seulement des spécialistes mais également des chercheurs de l'Université de Nantes. Une fois de plus, l'objectif est donc d'échanger sur les technologies web entre spécialistes afin de tirer parti des compétences de chacun.

Du développeur à l'avocat en passant par le créateur de contenu ou l'investisseur, l'association souhaite ainsi faciliter à l'entrepreneur la mise en place de son projet. En représentant l'ensemble de la région des Pays de la Loire, Atlantic 2.0 a également de grandes ambitions et organise, entre autres, son évènement annuel le Web2Day.

Lacantine by LaMle
Au Sud ouest, la vie numérique est tout aussi dynamique et notamment à Toulouse qui bénéficie depuis une douzaine d'années de l'association La Mêlée fédérant les acteurs locaux. La Mêlée compterait 530 adhérents professionnels et Gwendoline Legrand, chargée de communication et responsable développement durable, explique qu'au fil des années des synergies locales se sont créées pour répondre aux besoins du marché. La Mêlée dispose de 12 commissions sur l'économie numérique, l'e-santé, le green IT ou encore la sécurité.

Également financée par des fonds privés et publics, l'association teste depuis un an et demi son modèle de Cantine pour encourager le travail collaboratif et lancera officiellement celle-ci à la mi-octobre avec le soutien de la communauté urbaine du Grand Toulouse. La Mêlée a permis de lancer plusieurs jeunes pousses dont les activités se développent dans le Sud Ouest et « il y a aussi de plus en plus de sociétés dont le siège est à Paris qui créent des filiales dans notre région », ajoute Mme Legrand.

Ces cantines numériques permettront-elles de relocaliser les emplois en dehors de la capitale ? Quoi qu'il en soit si les évènements et les initiatives se multiplient, le modèle n'est pas tout à fait nouveau. Jean-François Longy, fondateur de la société CyberCité, spécialisée dans le webmarketing et le référencement, explique avoir développé ses activités dans plusieurs villes (Lyon - Paris - Chambéry - Nantes - Lille) et s'être rapproché des acteurs locaux par le biais de ces associations.

« Avant la Cuisine du Web, il y avait Lyon Infocité qui rassemblait les acteurs de la vie numérique, les spécialistes du jeu vidéo ou du web », explique M. Longy, avant d'ajouter : « cela a duré dix ans puis l'association a disparu depuis deux ou trois ans ». L'idée de rassembler plusieurs centaines d'adhérents et d'organiser des évènements n'est donc pas nouvelle mais les « cantines » d'aujourd'hui introduisent le co-working ou le travail collaboratif entre acteurs régionaux. Pour une société telle que CyberCité, l'objectif ne serait pas nécessairement de trouver de nouveaux clients mais d'obtenir davantage de visibilité parce qu' « il est important de savoir qui fait quoi au niveau local ».

Développeurs, designeurs, marketing, référencement, les activités du Web se multiplient et le secteur est en pleine croissance. Longtemps boudés ou ignorés, les métiers du web sont remis au premier plan et les collectivités locales y perçoivent désormais de fortes opportunités pour y attirer de nouvelles entreprises. Reste à savoir quelle région saura se démarquer et où se situera la capitale du web en France.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Partenaire Clubic.com

Partenaire Clubic.com

BE GEEK ! Avec

flechePublicité