Musique, droit d'auteur, Internet : le dossier

Introduction


Tous les indicateurs sont unanimes, le marché de la musique est bel et bien en crise. La musique numérique peine encore à compenser l'érosion des ventes de supports physiques, CD ou DVD, qui ne cesse de s'accentuer (voir les derniers chiffres avancés par le Snep). Suite à la transposition en droit français de la directive européenne EUCD, la question fait aujourd'hui l'objet d'une concertation entre le gouvernement et les différentes forces en présence au travers de la désormais célèbre mission Olivennes, du nom du directeur général de la Fnac nommé à la tête d'une commission chargée de réfléchir aux méthodes à mettre en œuvre pour redresser la barre. Bien que certains parviennent à démontrer que téléchargement illégal et achat de musique n'ont rien d'incompatible, le P2P est toujours désigné comme la principale cause des maux de l'industrie musicale.

Alors que les différentes mesures suggérées sont loin de faire l'unanimité au niveau des consommateurs, que les ventes de musique sur Internet n'augmentent que péniblement et que le téléchargement illégal est loin d'être résorbé, de nouvelles méthodes d'accès à la musique se mettent en place. Qu'ils s'appellent Deezer, SpiralFrog, Airtist ou MusicMe, ces services ont comme caractéristique commune la volonté de proposer de nouvelles modalités d'écouter légalement ses artistes préférés. En attendant que la musique connaisse des lendemains qui chantent, embarquons pour un tour d'horizon de la question, des propositions de la mission Olivennes aux offres du futur en passant par la question de la redevance pour copie privée...

Dessin Clubic (c) panorama musique 10/03/2007
Commentaires
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )