Espace membre :
Clubic Pro
HP

Open source : un écosystème très riche au service des entreprises

Publié par Philippe Richard le lundi 18 février 2013
Famille d'acteurs majeure du côté des serveurs et du Cloud Computing notamment, l'open source a mis une dizaine d'années pour convaincre de plus en plus d'entreprises. Exit son image d'amateurisme qui lui collait à la peau. Aujourd'hui, c'est un secteur d'activité en forte croissance. Une aubaine pour le « made in France » puisque de nombreux éditeurs nationaux proposent des solutions innovantes.

Logo Tux open source entreprise
Certains acteurs de l'open source ont bien fini 2012. La circulaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault encourageant, le 24 septembre, les administrations à avoir recours aux logiciels libres a porté ses fruits. En octobre, Linagora a décroché le plus gros marché public accordé à une PME dans le domaine du support informatique.

La direction générale des Finances publiques (DGFIP) lui a confié le « marché de support à l'usage logiciels libres » du ministère de l'Économie et des Finances pour les 4 prochaines années. Linagora devra orchestrer le support de plus de 200 composants open source et assurer la coordination des 25 PME et TPE avec lesquelles elle s'est associée pour remporter ce marché. Montant estimé entre 15 à 20 millions d'euros.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, la SSLL (Société de services en logiciels libres) Linagora a aussi été référencée comme prestataire d'une offre de services portant sur du conseil et du support aux logiciels libres dans le « catalogue » de l'Union des groupements d'achats publics (Ugap), la seule centrale généraliste d'achats publics.

Pour Alexandre Zapolsky, PDG de Linagora, « c'est la reconnaissance par l'administration de l'excellence de nos solutions et de nos offres de services. Ce marché va constituer un relais fort de croissance dans les prochaines années. C'est vraiment une nouvelle page pleine de promesses qui s'ouvre pour Linagora ».

Cette réussite résume la profonde mutation du secteur de l'open source. Pénalisé à ses débuts par une « image d'amateurisme » (logiciels pas assez aboutis, équipes peu nombreuses et pas disponibles...), il est aujourd'hui reconnu pour ses nombreuses qualités que nous allons développer dans ce dossier.

La mentalité des clients a également évolué. Au début des années 2000, les quelques entreprises spécialisées dans l'open source commençaient toujours par leur expliquer ce qu'était ce concept. À l'époque, il n'était pas rare non plus d'entendre des responsables de PME demander si un logiciel libre de bureautique était capable d'ouvrir un fichier Office de Windows... Dix ans plus tard, leur préoccupation majeure est de connaître les performances desdits programmes. C'est la preuve que ces applications ont acquis aux yeux des professionnels une maturité évidente.

Résultat, ce secteur ne connaît pas trop la crise ! En France, l'open source a généré 2,5 milliards d'euros en 2011, ce qui représente 6 % du marché des services IT, selon une étude du cabinet Pierre Audoin Consultants. Mais paradoxalement, le dynamisme de ce secteur (30 % de croissance par an) produit un important gisement d'emplois futurs qui ont du mal à être pourvus par le système éducatif actuel, pour qui les développements logiciels sont encore perçus comme une voie inférieure...

Un constat amer démontré par l'étude réalisée par le Réseau francilien des entreprises du logiciel libre (Ploss), en partenariat avec le Conseil national du logiciel libre (CNLL) et l'Association francophone des utilisateurs du libre (Aful). Selon cette enquête, les sociétés spécialisées dans l'open source ont créé 1 000 emplois en 2011, 1 250 en 2012 et s'apprêtent à recruter environ 1 500 personnes en 2013.

L'appétit des géants pour l'open source

Sur le plan technologique, les solutions open source sont une source intarissable d'innovations qui intéressent les grands éditeurs. Il y a quelques années, VMware s'est offert Springsource (spécialiste des frameworks d'applications et des outils d'administration) pour 420 millions de dollars. Autre exemple : Zimbra tombe dans l'escarcelle de Yahoo! en 2007 pour 350 millions de dollars.

Voici cinq acquisitions qui ont particulièrement marqué les esprits :

- Oracle / Sun : 7,4 milliards de dollars en 2009
- Attachmate / Novell : 2,2 milliards de dollars en 2010
- Sun / MySQL : 1 milliard de dollars en 2008
- Red Hat / Cygnus Solutions : 674 millions de dollars en 1999
- Citrix / XenSource : 500 millions de dollars en 2007.


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les offres d'emploi

Partenaire Clubic.com

Partenaire Clubic.com

BE GEEK ! Avec

flechePublicité