Espace membre :
Clubic Pro
HP

L’impression 3D, l’industrie prend une nouvelle dimension

Publié par Frédéric Cuvelier le vendredi 26 juillet 2013

L'impression 3D, l'industrie prend une nouvelle dimension


Cube 3D 20
Une nouvelle technologie est une opportunité pour les entreprises de s'insérer dans un marché, ou de relancer des ventes parfois en perte de vitesse. L'arrivée de la 3D sur les téléviseurs, même si elle n'a pas incarné la révolution espérée, en est un parfait exemple.

Mais de l'avis de certains scientifiques, analystes ou investisseurs, l'impression 3D ne semble pas être une simple innovation au service d'un marché existant, et constituerait une technologie de rupture qui pourrait tout simplement chambouler l'industrie telle que nous la connaissons actuellement, tout autant que nos habitudes de consommation.

L'une des caractéristiques d'une technologie de rupture, c'est souvent qu'on ne la voit pas arriver, ou qu'on en sous-estime la portée. En cela, l'impression 3D a tout de ce genre d'innovation. Car si cette technologie a ses partisans, elle a aussi ses détracteurs. Et malgré la veille technologique accrue des entreprises et la circulation extrêmement rapide de l'information, qui permettent aujourd'hui d'entrevoir les nombreux domaines d'applications de l'impression 3D, il n'en demeure pas moins que personne à l'heure actuelle ne peut prédire l'avenir de cette technologie et ses conséquences réelles sur notre modèle économique.

L'impression 3D, nouvelle révolution industrielle ou simple évolution technologique ? Nous vous proposons dans cet article d'expliquer comment est utilisée, aujourd'hui, l'impression 3D, ce qu'elle peut impliquer pour une entreprise et ce qui pourrait conditionner le succès de cette technologie, ou au contraire limiter son champ d'action.

Note : ce dossier intervient à un moment où le sujet de l'impression 3D est particulièrement vivace. Les informations apportées dans les pages qui suivent sont donc à considérer à la date de publication.

Le potentiel de l'impression 3D


Vous l'aurez compris, le but n'est pas ici d'étudier en détail le fonctionnement d'une imprimante 3D. Pour cela, vous pouvez consulter notre récent test de la Cube de 3D Systems.

Rappelons simplement que l'impression 3D (ou stéréolithographie) a été inventée dans les années 90 par le très réputé MIT. Elle consiste en un procédé dit additif (en opposition aux découpes soustractives, par exemple) qui dépose de très fines couches de matière les unes sur les autres et crée ainsi un objet. Si vous souhaitez voir ce que cela donne dans les faits, voici une petite vidéo qui illustre ce procédé.


8h d'impression condensées en 4 minutes

L'impression 3D est aujourd'hui capable de créer bien plus que ces petits objets réalisés par nos soins lors de ce test d'une imprimante « grand public ». Cette technologie a en effet de très nombreux domaines d'applications et elle parvient à faire parler d'elle : on se rappelle de la très futuriste robe de la créatrice Iris van Herpen présentée lors de la dernière fashion week.

Robe Iris van Herpen
La robe de la créatrice Iris van Herpen

Si une telle vitrine attire l'attention, elle pourrait avoir le tort de limiter l'impression 3D a un phénomène de mode qu'elle n'est sans doute pas. Car il y a bien d'autres intérêts à cette technologie que la bijouterie ou la décoration, pour laquelle elle commence à être utilisée.

De multiples domaines d'applications


Le domaine dans lequel l'impression 3D est aujourd'hui le plus en vogue est probablement le prototypage, nous y reviendrons. L'architecture, l'art ou le design (et la possibilité de créer des maquettes de façon très simple) sont également des domaines très sensibles à l'arrivée de cette innovation. Toutefois, les métiers de la création ne sont pas les seuls qui peuvent tirer profit de l'impression 3D. L'aviation, l'automobile, le sport et même le médical sont autant de terrains fertiles pour l'impression 3D.

Certaines industries utilisent cette technologie depuis longtemps. L'industrie aéronautique fut parmi les premières à adopter la stéréolitographie. Sachez par exemple que certains éléments des récents A380 d'Airbus sont fabriqués selon cette technologie, alors que Boeing, qui utilise l'impression 3D depuis 1997, revendique 20 000 pièces conçues de cette manière.

D'autres sociétés découvrent le potentiel de l'impression 3D comme une nouvelle opportunité : Nike et New Balance ont démontré que l'impression 3D permettait de fabriquer certains éléments de leurs chaussures (des crampons ou des semelles, en l'occurrence) que les technologies traditionnelles étaient bien incapables de produire.

L'impression 3D ouvre également la voie à de nouvelles idées : au Japon fleurissent déjà des photomatons capables de recréer des figurine à votre effigie en 3D. Un scanner tridimensionnelle prend vos mensurations tandis que l'imprimante les retranscrits.

Enfin, la recherche et développement, friande de nouvelles technologies, s'est évidemment emparée de l'impression 3D : la Urbee 2, création des sociétés Kor Ecologic et Stratasys, est la première voiture dont la structure a été conçue via un procédé additif (un véhicule imprimé en 104 jours tout de même), tandis que des chercheurs de l'Université de Harvard sont parvenus à créer une batterie de seulement un millimètre de large et constituée de couches de seulement 30 microns d'épaisseur.

Urbee 2
Urbee 2, la première voiture conçue via un processus additif


Des controverses à venir


Enfin, il est des domaines où le potentiel est tellement important qu'il génère déjà son lot de controverses. Le domaine du médical est de ceux-là. La création de la prothèse trachéale qui a récemment permis de sauver un nourrisson, ou celle de cet exosquelette qui s'adapte aux bras d'un enfant au fur et à mesure de sa croissance sont certes des avancées prodigieuses d'un point de vue médical que personne ne vient remettre en cause.

Mais de sérieux problèmes éthiques apparaissent lorsqu'il s'agit de bio-printing, de création d'organes (une société américaine cotée en bourse, Organovo, souhaite en faire sa spécialité) ou de génération de cellules-souches.

Et que dire de l'armement, alors même que le premier cas de fusil imprimé en 3D, particulièrement médiatisé, a réveillé les peurs autour de l'impression 3D ?

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les offres d'emploi

Partenaire Clubic.com

Partenaire Clubic.com

BE GEEK ! Avec

flechePublicité